Home
Contact
Sitemap
Print
KAV / APC

Image professionnelle du pharmacien cantonal

Introduction
La loi fédérale sur les produits thérapeutiques, entrée en vigueur au 1er janvier 2002, a transféré une partie des activités de contrôle des produits thérapeutiques à la Confédération. Le pharmacien cantonal1 est l'autorité cantonale d'exécution pour les lois fédérales et cantonales touchant de près ou de loin aux produits thérapeutiques.

Au niveau cantonal, il participe de plus, avec d'autres acteurs, à la mise en place de la politique destinée à améliorer la santé publique.

Tâches du pharmacien cantonal
Le pharmacien cantonal veille à l'exécution des dispositions légales en matière de médicaments et de dispositifs médicaux. Il s'agit notamment des textes suivants :
· Loi fédérale sur les produits thérapeutiques;
· Loi fédérale sur les stupéfiants et les substances psychotropes;
· Législation cantonale sur la santé.

Dans ce cadre, les activités du pharmacien cantonal sont multiples:
· Surveiller l'exercice des professions liées aux médicaments (pharmaciens, droguistes, une partie de l'activité des médecins, institutions);
· Surveiller le bon fonctionnement des entreprises remettant des médicaments, des stupéfiants, des dispositifs médicaux, etc. (pharmacies, drogueries, hôpitaux, etc.);
· Surveiller le circuit de distribution du médicament, intervenir en cas de commerce illicite;
· Contrôler les bonnes pratiques de fabrication en petites quantités;
· Conseiller son gouvernement sur tous les sujets liés aux produits thérapeutiques;
· Participer aux groupes de travail et de réflexion intéressés au domaine pharmaceutique à un niveau tant cantonal que fédéral voire international;
· Participer à l'élaboration et à l'application de concepts (niveau fédéral ou cantonal), notamment en matière de prévention de la santé, collaborer avec les différents partenaires du service public et du privé;
· Effectuer des contrôles, des inspections, etc. pour le compte de la Confédération;
· Préaviser différentes demandes d'autorisation (niveaux fédéral et cantonal).

En fonction de la structure administrative du canton, le pharmacien cantonal peut être appelé à exercer d'autres missions, celles-ci ne devraient toutefois par interagir avec celles citées cidessus. Il doit notamment veiller à ne jamais être juge et partie.

Place du pharmacien cantonal dans le système suisse de santé
Tout système de santé de qualité doit s'articuler autour de fournisseurs de prestations qualifiés (professionnels de santé) et d'installations performantes répondant aux besoins et à l'état de la technique. Dans un tel système, les autorités sanitaires (dont le pharmacien cantonal) ont surtout un rôle de surveillance, de coordination et de planification (en relation avec la politique de santé publique).
Le pharmacien cantonal se doit d'agir dans l'intérêt du canton et de la collectivité. Il ne doit pas servir des intérêts particuliers ou corporatistes. Il est amené à appliquer une politique de santé définie. Il est à la fois une autorité décisionnelle et consultative.
Personne de liaison entre l'Etat, la population, les autorités des autres cantons et les professionnels de la santé, il lui incombe de proposer des modifications légales et réglementaires pour permettre aux textes d'évoluer parallèlement aux progrès sociaux et scientifiques ainsi qu'à l'évolution des marchés de distribution (vente par correspondance, Internet), tout en gardant comme souci principal la protection de la santé publique.
Dans ses rapports avec les partenaires privés, le pharmacien cantonal est généralement un interlocuteur privilégié, par sa disponibilité, sa formation et sa bonne connaissance de l'organisation cantonale et fédérale et des lois en vigueur.

Formation et perfectionnement
Le pharmacien cantonal doit posséder un diplôme de pharmacien reconnu en Suisse. Il a en principe une expérience professionnelle pharmaceutique. Exerçant une activité particulière et différente de ce qu'il a rencontré au cours de ses études ou de son parcours professionnel, le pharmacien cantonal est appelé à se former, notamment dans les domaines du droit et de la santé publique. Dans ce sens, il lui est nécessaire de tisser des liens étroits avec ses collègues d'autres cantons et des offices fédéraux, de suivre des cours spécifiques, de participer à des projets et de collaborer avec d'autres spécialistes.
Une formation continue régulière lui est nécessaire pour suivre l'évolution des critères scientifiques, techniques ou juridique. Vu le manque de structure à l'échelon national, le pharmacien cantonal doit encore beaucoup se former par lui-même.

Perspectives d'avenir
Dans des systèmes de santé devenant de plus en plus complexes et impliquant de multiples intervenants, il essentiel que chaque canton suisse puisse compter sur la compétence d'un pharmacien disposant des ressources nécessaires pour agir comme autorité et comme référent dans le domaine des produits thérapeutiques. De surcroît avec une certaine mondialisation, le pharmacien cantonal ne peut plus se préoccuper que des affaires cantonales, mais il doit collaborer étroitement avec ses collègues pour trouver des approches harmonisées au moins au niveau régional et intercantonal de proximité.
Afin d'éviter les écueils d'une formation en autodidacte, il est indispensable d'améliorer et de développer sa formation continue, afin d'atteindre une qualité optimale de ses prestations.